fbpx

Tout doux tout chaud

Tout doux tout chaud
Valérie, d’Un crochet par les îles, propose des ateliers de crochet chez Phildar.
 

Bon, d’accord, le confinement c’est fini, mais l’hiver, lui, approche. Surtout si vous habitez à La Foa (5,6 °C l’année dernière !) ou dans la Chaîne. Les températures vont drôlement baisser. C’est parti pour quelques idées d’ouvrages tout doux et tout chauds à faire soi-même.

 Se lancer dans la couture et créer une bouillotte sèche

© Melifactory.fr

La bouillotte sèche, c’est trop mignon, et bien pratique pour réchauffer le lit juste avant de s’y glisser, ou encore pour y poser les pieds en regardant un épisode de sa série préférée. On peut réaliser la version super facile, carrée, petite, en un seul sac et cousue à la main, ou s’embêter à réaliser une grande chaufferette avec doublure cousue à la machine. Tout dépend de votre niveau et de votre équipement. Vous aurez besoin de tissu en coton, uni ou avec de jolis motifs, de fil et d’une aiguille ou d’une machine à coudre, et de quoi remplir votre bouillotte sèche. Au choix, on peut la remplir de riz, de blé, de millet, de graines de lin… Les Métropolitains parlent de noyaux de cerise, avec de l’imagination vous trouverez bien quelque chose à mettre dedans !

Réalisez une pochette carrée, rectangulaire, ou de la forme qui vous plaira (coeur, nounours, étoile…), laissez une ouverture pour la remplir de graines ou de riz, ne la remplissez pas entièrement afin qu’elle soit souple et agréable à malaxer, fermez. Glissez la chaufferette dans le four ou dans le micro-ondes. Le temps de chauffe dépend de la taille de la chaufferette et de l’aliment glissé à l’intérieur. Comptez entre 1 et 3 minutes environ au micro-ondes et entre 10 et 12 minutes au four à 100 °C. Pour les plus volontaires, vous pouvez réaliser le sac, puis créer une pochette avec un beau tissu imprimé cousu type portefeuille ou façon taie d’oreiller. Cette pochette pourra être lavée et interchangée en fonction de vos humeurs ou de vos draps. Sur la Toile on trouve quelques astuces pour que, en plus, la bouillotte dégage de bonnes odeurs, comme y glisser de la lavande séchée ou mélanger le riz avec de l’huile essentielle de lavande. En Nouvelle-Calédonie, quelques feuilles de niaouli séchées pourraient être des plus agréables.

S’essayer au crochet et concocter des mitaines veloutées

Valérie, d’Un crochet par les îles, propose de découvrir le crochet. Ses mains de fée réalisent des petites merveilles : hochets, poupées, objets variés, mais aussi bien sûr petits vêtements et accessoires de mode : sacs, écharpes, bonnets, noeuds… Elle propose des ateliers dans la boutique Phildar Nouméa sur réservation. Ici aussi, tous les niveaux sont les bienvenus. Alors, pour un hiver au chaud, lancez-vous dans le crochet ! Des petites mitaines, ça change sur le Caillou, et puis, ça permet de prendre sa tasse de tisane bouillante à pleine main (et doigt levé) ! Cela nécessite une pelote de laine, un crochet et des ciseaux. Avec des perles pour la déco si vous le souhaitez, et une bonne dose de patience ! Valérie estime que le crochet apporte de nombreux bienfaits : « détente, concentration, agilité des mains, travail de la mémoire, confiance en soi, partage… », liste l’artisane.

S’atteler aux pompons pour un tapis tout mignon

© carofoliz.comLe pied qui se pose le matin au réveil sur le carrelage glacé. L’horreur ! Lancez-vous dans la fabrication d’un joli tapis en pompons ! Vous aurez besoin de pas mal de pelotes de laine. Bicolores, multicolores, fl ashy ou pastel, libérez votre inspiration ! Pour un tapis de 70 cm de diamètre, comptez environ trente pelotes. Il vous faudra également un support. Vous pouvez récupérer un set de table, un canevas, ou du tissu épais. Pour les pompons, il existe différentes techniques. La classique, c’est de couper dans un morceau de carton deux cercles avec un trou au milieu d’environ deux centimètres de diamètre, d’enrouler le fi l de laine tout autour des deux cercles posés l’un sur l’autre plusieurs fois, puis de couper la laine en passant la lame des ciseaux entre les deux cercles de carton. Attachez le tout avec un autre fil de laine en passant au milieu des deux cartons. Voilà un pompon ! Et il vous en faut encore plein !

Autre technique : sur un dossier de chaise à barreaux, enroulez le fi l de laine dans la largeur de manière à réaliser un tube épais. Attachez tous les cinq centimètres les brins ensemble avec un autre fi l. Retirez cet anneau de laine de la chaise et coupez entre chaque noeud. Et hop, dix pompons d’un coup ! Vous pouvez également trouver en magasin un petit accessoire bien pratique pour réaliser l’ouvrage plus rapidement. À la fi n, il faut toujours rouler le pompon délicatement dans la main pour lui donner une forme puis tailler les brins qui dépassent. Une fois les dizaines de pompons réalisés, cousez-les sur votre support avec de la laine. Et voilà vos petits petons au chaud ! De très nombreux tutoriels sont disponibles sur Internet. En regarder plusieurs vous permettra de trouver la technique la plus appropriée à vos besoins.

Se mettre au tricot et réaliser un poncho tout chaud

Marie-Line, gérante de Phildar Nouméa, propose des ateliers tricot, soit pour découvrir, soit pour se perfectionner, soit pour aider les couturières à passer une étape diffi cile. Voici son conseil cocooning pour cet hiver : le poncho tout chaud. Facile à réaliser pour une débutante, il nécessite six pelotes de laine XL et deux aiguilles à tricoter de diamètres 15 à 25. Vous réaliserez un poncho aux mailles larges et souples. « Le tricot, c’est très simple, tout le monde peut se lancer. Si vous savez compter, avec deux points, vous pourrez tout faire », assure Marie-Line.

Le poncho, c’est une idée, mais Marie-Line propose de nombreux modèles comme des écharpes, des pulls, des bonnets, et vend des kits débutants (à partir de 1000 F pour la pelote, les deux aiguilles et le patron) et des kits spéciaux pour les mamans débutantes avec des patrons afi n de réaliser un bonnet pour bébé, une couverture pour le nouveau-né, ou une écharpe avec capuche, toujours pour votre bambin.

Aurélia Dumte

Marie-Line propose des ateliers de tricot chez Phildar.POUR LES ATELIERS :

Le tricot avec Marie-Line, chez Phildar Nouméa ou le crochet avec Valérie. Les ateliers accueillent une à trois personnes, tous les jours, sur réservation. 3 000 F les trois heures, pour les débutantes comme pour les confi rmées.

Renseignements et réservations :
- Tricot : 28 52 62 ou la page Facebook : Phildar Nouméa.
- Crochet : 73 11 35 ou la page Facebook : Un crochet par les îles.

 Se lancer dans la couture et créer une bouillotte sèche

© Melifactory.fr

La bouillotte sèche, c’est trop mignon, et bien pratique pour réchauffer le lit juste avant de s’y glisser, ou encore pour y poser les pieds en regardant un épisode de sa série préférée. On peut réaliser la version super facile, carrée, petite, en un seul sac et cousue à la main, ou s’embêter à réaliser une grande chaufferette avec doublure cousue à la machine. Tout dépend de votre niveau et de votre équipement. Vous aurez besoin de tissu en coton, uni ou avec de jolis motifs, de fil et d’une aiguille ou d’une machine à coudre, et de quoi remplir votre bouillotte sèche. Au choix, on peut la remplir de riz, de blé, de millet, de graines de lin… Les Métropolitains parlent de noyaux de cerise, avec de l’imagination vous trouverez bien quelque chose à mettre dedans !

Réalisez une pochette carrée, rectangulaire, ou de la forme qui vous plaira (coeur, nounours, étoile…), laissez une ouverture pour la remplir de graines ou de riz, ne la remplissez pas entièrement afin qu’elle soit souple et agréable à malaxer, fermez. Glissez la chaufferette dans le four ou dans le micro-ondes. Le temps de chauffe dépend de la taille de la chaufferette et de l’aliment glissé à l’intérieur. Comptez entre 1 et 3 minutes environ au micro-ondes et entre 10 et 12 minutes au four à 100 °C. Pour les plus volontaires, vous pouvez réaliser le sac, puis créer une pochette avec un beau tissu imprimé cousu type portefeuille ou façon taie d’oreiller. Cette pochette pourra être lavée et interchangée en fonction de vos humeurs ou de vos draps. Sur la Toile on trouve quelques astuces pour que, en plus, la bouillotte dégage de bonnes odeurs, comme y glisser de la lavande séchée ou mélanger le riz avec de l’huile essentielle de lavande. En Nouvelle-Calédonie, quelques feuilles de niaouli séchées pourraient être des plus agréables.

S’essayer au crochet et concocter des mitaines veloutées

Valérie, d’Un crochet par les îles, propose de découvrir le crochet. Ses mains de fée réalisent des petites merveilles : hochets, poupées, objets variés, mais aussi bien sûr petits vêtements et accessoires de mode : sacs, écharpes, bonnets, noeuds… Elle propose des ateliers dans la boutique Phildar Nouméa sur réservation. Ici aussi, tous les niveaux sont les bienvenus. Alors, pour un hiver au chaud, lancez-vous dans le crochet ! Des petites mitaines, ça change sur le Caillou, et puis, ça permet de prendre sa tasse de tisane bouillante à pleine main (et doigt levé) ! Cela nécessite une pelote de laine, un crochet et des ciseaux. Avec des perles pour la déco si vous le souhaitez, et une bonne dose de patience ! Valérie estime que le crochet apporte de nombreux bienfaits : « détente, concentration, agilité des mains, travail de la mémoire, confiance en soi, partage… », liste l’artisane.

S’atteler aux pompons pour un tapis tout mignon

© carofoliz.comLe pied qui se pose le matin au réveil sur le carrelage glacé. L’horreur ! Lancez-vous dans la fabrication d’un joli tapis en pompons ! Vous aurez besoin de pas mal de pelotes de laine. Bicolores, multicolores, fl ashy ou pastel, libérez votre inspiration ! Pour un tapis de 70 cm de diamètre, comptez environ trente pelotes. Il vous faudra également un support. Vous pouvez récupérer un set de table, un canevas, ou du tissu épais. Pour les pompons, il existe différentes techniques. La classique, c’est de couper dans un morceau de carton deux cercles avec un trou au milieu d’environ deux centimètres de diamètre, d’enrouler le fi l de laine tout autour des deux cercles posés l’un sur l’autre plusieurs fois, puis de couper la laine en passant la lame des ciseaux entre les deux cercles de carton. Attachez le tout avec un autre fil de laine en passant au milieu des deux cartons. Voilà un pompon ! Et il vous en faut encore plein !

Autre technique : sur un dossier de chaise à barreaux, enroulez le fi l de laine dans la largeur de manière à réaliser un tube épais. Attachez tous les cinq centimètres les brins ensemble avec un autre fi l. Retirez cet anneau de laine de la chaise et coupez entre chaque noeud. Et hop, dix pompons d’un coup ! Vous pouvez également trouver en magasin un petit accessoire bien pratique pour réaliser l’ouvrage plus rapidement. À la fi n, il faut toujours rouler le pompon délicatement dans la main pour lui donner une forme puis tailler les brins qui dépassent. Une fois les dizaines de pompons réalisés, cousez-les sur votre support avec de la laine. Et voilà vos petits petons au chaud ! De très nombreux tutoriels sont disponibles sur Internet. En regarder plusieurs vous permettra de trouver la technique la plus appropriée à vos besoins.

Se mettre au tricot et réaliser un poncho tout chaud

Marie-Line, gérante de Phildar Nouméa, propose des ateliers tricot, soit pour découvrir, soit pour se perfectionner, soit pour aider les couturières à passer une étape diffi cile. Voici son conseil cocooning pour cet hiver : le poncho tout chaud. Facile à réaliser pour une débutante, il nécessite six pelotes de laine XL et deux aiguilles à tricoter de diamètres 15 à 25. Vous réaliserez un poncho aux mailles larges et souples. « Le tricot, c’est très simple, tout le monde peut se lancer. Si vous savez compter, avec deux points, vous pourrez tout faire », assure Marie-Line.

Le poncho, c’est une idée, mais Marie-Line propose de nombreux modèles comme des écharpes, des pulls, des bonnets, et vend des kits débutants (à partir de 1000 F pour la pelote, les deux aiguilles et le patron) et des kits spéciaux pour les mamans débutantes avec des patrons afi n de réaliser un bonnet pour bébé, une couverture pour le nouveau-né, ou une écharpe avec capuche, toujours pour votre bambin.

Aurélia Dumte

Marie-Line propose des ateliers de tricot chez Phildar.POUR LES ATELIERS :

Le tricot avec Marie-Line, chez Phildar Nouméa ou le crochet avec Valérie. Les ateliers accueillent une à trois personnes, tous les jours, sur réservation. 3 000 F les trois heures, pour les débutantes comme pour les confi rmées.

Renseignements et réservations :
- Tricot : 28 52 62 ou la page Facebook : Phildar Nouméa.
- Crochet : 73 11 35 ou la page Facebook : Un crochet par les îles.

Chercher un article

Les archives


La Newsletter Femmes.nc


En kiosque :

Femmes.nc est un site du Groupe Melchior. ©