fbpx

Et qu’est-ce qu’elle en dit « YUKA » ?

Et qu’est-ce qu’elle en dit « YUKA » ?
 

yuka(r) - « application mobile santé » - est le fruit de l’imagination d’un trio d’amis. En constante recherche de ce qu’il y a de mieux pour leurs chérubins, mais perdus dans la jungle alimentaire, ils décidèrent, en 2016, de créer un outil pratique permett ant l’analyse automatique des diff érents composants des denrées alimentaires.

 

Son principe ? Très facile d’utilisation, Yuka promet de guider le consommateur vers des aliments de « meilleure » qualité, par un décryptage simplifié des étiquetages nutritionnels.

Et en pratique ça donne quoi ?

Muni de son téléphone et du produit à évaluer, le consommateur devra scanner le code-barres, patienter quelques secondes, puis obtenir une note entre 0 et 100 : « non noté », « mauvais », « médiocre », « bon » et « excellent ». L’interface indique également

✓ La qualité nutritionnelle (calories, protéines, graisses saturées, sucres, sel, fi bres)
✓ La présence d’additifs alimentaires
✓ La dimension biologique (label bio)

Les plus de Yuka

✓ Les critères sont associés à des couleurs et/ou des dessins, ce qui rend l’application plus ludique.
✓ Elle permet au consommateur de se rendre compte de la qualité moyenne des produits. S’il est amené à changer certaines habitudes alimentaires, l’application peut lui être utile.
✓ Des suggestions de produits sont faites face aux denrées les moins bien notées.

Les moins de Yuka

✓ Application mobile en réseau, elle nécessite un abonnement Internet.
✓ Sa base de données repose sur un site « Open food facts », sur lequel tout le monde peut enregistrer des informations. Une sorte de Wikipédia de l’alimentation…
✓ Elle ne précise pas la liste des ingrédients ni les allergènes ...
✓ Les critères de notation ne sont pas assez précis ! Les lipides (graisses) sont évalués selon une moyenne de qualité et non en quantité exacte. Il en va de même des sucres (pas de distinction entre les glucides, les sucres ajoutés, les fibres…)
✓ La note donnée ne prend pas en compte la quantité consommée. Si un produit est évalué trop salé, sucré ou gras, pensez que cette note est att ribuée pour 100g de produit, et non la quantité réellement consommée. Or il est là l’équilibre alimentaire : variété, quantité, qualité et mode de cuisson.
✓ Certains résultats sont incohérents sans raison apparente.

Cybèle Pelage diététicienne-nutritionnisteMon conseil par Cybèle Pelage diététicienne-nutritionniste:

Préférez les produits locaux, de saison et bruts, ou ayant subi peu de transformation, et ayant une liste d’ingrédients courte ! Ne vous laissez pas trop avoir par tout ce qui nous entoure : Internet, livres, réseaux sociaux, bouche à oreille … Tournez-vous plutôt vers des professionnels de santé référencés et spécialisés.

 

Son principe ? Très facile d’utilisation, Yuka promet de guider le consommateur vers des aliments de « meilleure » qualité, par un décryptage simplifié des étiquetages nutritionnels.

Et en pratique ça donne quoi ?

Muni de son téléphone et du produit à évaluer, le consommateur devra scanner le code-barres, patienter quelques secondes, puis obtenir une note entre 0 et 100 : « non noté », « mauvais », « médiocre », « bon » et « excellent ». L’interface indique également

✓ La qualité nutritionnelle (calories, protéines, graisses saturées, sucres, sel, fi bres)
✓ La présence d’additifs alimentaires
✓ La dimension biologique (label bio)

Les plus de Yuka

✓ Les critères sont associés à des couleurs et/ou des dessins, ce qui rend l’application plus ludique.
✓ Elle permet au consommateur de se rendre compte de la qualité moyenne des produits. S’il est amené à changer certaines habitudes alimentaires, l’application peut lui être utile.
✓ Des suggestions de produits sont faites face aux denrées les moins bien notées.

Les moins de Yuka

✓ Application mobile en réseau, elle nécessite un abonnement Internet.
✓ Sa base de données repose sur un site « Open food facts », sur lequel tout le monde peut enregistrer des informations. Une sorte de Wikipédia de l’alimentation…
✓ Elle ne précise pas la liste des ingrédients ni les allergènes ...
✓ Les critères de notation ne sont pas assez précis ! Les lipides (graisses) sont évalués selon une moyenne de qualité et non en quantité exacte. Il en va de même des sucres (pas de distinction entre les glucides, les sucres ajoutés, les fibres…)
✓ La note donnée ne prend pas en compte la quantité consommée. Si un produit est évalué trop salé, sucré ou gras, pensez que cette note est att ribuée pour 100g de produit, et non la quantité réellement consommée. Or il est là l’équilibre alimentaire : variété, quantité, qualité et mode de cuisson.
✓ Certains résultats sont incohérents sans raison apparente.

Cybèle Pelage diététicienne-nutritionnisteMon conseil par Cybèle Pelage diététicienne-nutritionniste:

Préférez les produits locaux, de saison et bruts, ou ayant subi peu de transformation, et ayant une liste d’ingrédients courte ! Ne vous laissez pas trop avoir par tout ce qui nous entoure : Internet, livres, réseaux sociaux, bouche à oreille … Tournez-vous plutôt vers des professionnels de santé référencés et spécialisés.

Chercher un article

Les archives


La Newsletter Femmes.nc


En kiosque :

Femmes.nc est un site du Groupe Melchior. ©