fbpx

Caledonian Wake Park : Un air de japon

Caledonian Wake Park : Un air de japon
 

Et si les meilleurs gyozas (fameux raviolis au porc et aux crevettes) de Calédonie se dégustaient à… Ouano ? Au Caledonian Wake Park, en bordure de mer, Fumi Gardey régale les visiteurs avec sa cuisine japonaise familiale. En route pour une escale culinaire, digne du pays du Soleil-Levant.

Dans un espace ombragé, sous le faré, les pieds dans l’herbe, on savoure une cuisine japonaise délicate. Ici tout est fait maison, selon la tradition « washoku ». Tonkatsu, karaage, ebichilli, sushis… « J’ai appris la cuisine à l’école et auprès de ma maman », nous apprend Fumi Gardey, la maîtresse des lieux. Originaire d’Ibaraki, au nord de Tokyo, elle a grandi dans une famille de quatre enfants. Dès le primaire, outre un cursus général, elle apprend l’art, la couture et la cuisine. Seule fille de la maison, elle aide sa mère à préparer les mets des grands repas familiaux.

En 2008, elle rencontre Patrick, Calédonien de souche, en Métropole. Après dix ans au Japon, le couple revient avec ses trois enfants en Nouvelle-Calédonie. Spécialisé en installation de wake parks, Patrick forme le projet de proposer un téléski sur le site de Ouano avec son associé Jeremy Delessert. L’aventure culinaire ? « Elle n’était pas prévue dans le business plan ! » C’est un club de plongée qui leur donne l’impulsion. Pour leur safari en mer, les dix-sept membres souhaitent une pension complète. Patrick court faire des courses et Fumi se met aux fourneaux. Le restaurant sert ses premiers plats. Les salades, oignons, tomates et herbes aromatiques proviennent des maraîchers de La Foa. La viande est locale, les crevettes de la ferme de Ouano ou de la ferme de Popidéry. Certains ingrédients typiques manquent. Le « nira », poireau japonais, indispensable à la réalisation des gyozas. Le « shiso », équivalent du basilic très parfumé, idéal pour les soupes, salades et sushis. Fumi improvise et compose. Sa dernière idée ? Travailler de concert avec le maraîcher local pour faire pousser ces deux ingrédients. La carte est simple et propose des plats appréciés par les Européens. Les gyozas sont identiques à ceux du Japon. Un régal ! Le tataki (boeuf cuit en aller-retour puis mariné dans une sauce aux poivrons, carottes, soja et vin rouge) est une recette de sa maman. Et pour les non-initiés, Fumi sert une belle entrecôte de viande accompagnée de frites. Côté dessert, les pâtisseries sont occidentales. Fondant au chocolat, cheesecake classique aux fruits rouges ou Oreo, et (délicieuse !) tarte au citron meringuée. Fumi parle la langue de Molière et allie le raffinement japonais à la beauté du lieu, bordé de mangrove.

Un lieu à découvrir

Le Caledonian Wake Park est une adresse sympathique, simple et décontractée. Aucun plat n’est proposé sans avoir été goûté et approuvé par tous les membres de la famille : Patrick, mais aussi leurs trois fi ls dynamiques. Louis, l’aîné, partage la passion de la cuisine avec Fumi. Et le téléski ? Il verra le jour en 2020. Un grand circuit de 650 mètres sur lequel huit personnes pourront skier en même temps. Dans l’intervalle, passer un séjour sur place est une halte de repos bienfaitrice. En bungalows (il y en a cinq) ou en camping sous faré. Une agréable piscine donne sur l’océan. Pour les amateurs de kitesurf, le site de Ouano est à deux minutes. Dans un paysage fabuleux, époustoufl ant. Pour les fans de plongée, Patrick accueille le club de La Foa. Baptême en piscine ou en mer, découverte des fonds marins en bouteille, d es activités pour tous. Nouvelle exclusive : Fumi lance les traditionnels « ramens » pour sa carte d’hiver. Nul doute que ces soupes de pâtes au bouillon de porc et poulet feront des émules.

Caledonian Wake Park – Ouano – La Foa
Tél. : 45 97 59.
Fermé les lundis et mardis. Sur réservation en semaine. Ouvert en continu le week-end.

Texte et photos : Geneviève du Parc Locmaria

cwp04


Dans un espace ombragé, sous le faré, les pieds dans l’herbe, on savoure une cuisine japonaise délicate. Ici tout est fait maison, selon la tradition « washoku ». Tonkatsu, karaage, ebichilli, sushis… « J’ai appris la cuisine à l’école et auprès de ma maman », nous apprend Fumi Gardey, la maîtresse des lieux. Originaire d’Ibaraki, au nord de Tokyo, elle a grandi dans une famille de quatre enfants. Dès le primaire, outre un cursus général, elle apprend l’art, la couture et la cuisine. Seule fille de la maison, elle aide sa mère à préparer les mets des grands repas familiaux.

En 2008, elle rencontre Patrick, Calédonien de souche, en Métropole. Après dix ans au Japon, le couple revient avec ses trois enfants en Nouvelle-Calédonie. Spécialisé en installation de wake parks, Patrick forme le projet de proposer un téléski sur le site de Ouano avec son associé Jeremy Delessert. L’aventure culinaire ? « Elle n’était pas prévue dans le business plan ! » C’est un club de plongée qui leur donne l’impulsion. Pour leur safari en mer, les dix-sept membres souhaitent une pension complète. Patrick court faire des courses et Fumi se met aux fourneaux. Le restaurant sert ses premiers plats. Les salades, oignons, tomates et herbes aromatiques proviennent des maraîchers de La Foa. La viande est locale, les crevettes de la ferme de Ouano ou de la ferme de Popidéry. Certains ingrédients typiques manquent. Le « nira », poireau japonais, indispensable à la réalisation des gyozas. Le « shiso », équivalent du basilic très parfumé, idéal pour les soupes, salades et sushis. Fumi improvise et compose. Sa dernière idée ? Travailler de concert avec le maraîcher local pour faire pousser ces deux ingrédients. La carte est simple et propose des plats appréciés par les Européens. Les gyozas sont identiques à ceux du Japon. Un régal ! Le tataki (boeuf cuit en aller-retour puis mariné dans une sauce aux poivrons, carottes, soja et vin rouge) est une recette de sa maman. Et pour les non-initiés, Fumi sert une belle entrecôte de viande accompagnée de frites. Côté dessert, les pâtisseries sont occidentales. Fondant au chocolat, cheesecake classique aux fruits rouges ou Oreo, et (délicieuse !) tarte au citron meringuée. Fumi parle la langue de Molière et allie le raffinement japonais à la beauté du lieu, bordé de mangrove.

Un lieu à découvrir

Le Caledonian Wake Park est une adresse sympathique, simple et décontractée. Aucun plat n’est proposé sans avoir été goûté et approuvé par tous les membres de la famille : Patrick, mais aussi leurs trois fi ls dynamiques. Louis, l’aîné, partage la passion de la cuisine avec Fumi. Et le téléski ? Il verra le jour en 2020. Un grand circuit de 650 mètres sur lequel huit personnes pourront skier en même temps. Dans l’intervalle, passer un séjour sur place est une halte de repos bienfaitrice. En bungalows (il y en a cinq) ou en camping sous faré. Une agréable piscine donne sur l’océan. Pour les amateurs de kitesurf, le site de Ouano est à deux minutes. Dans un paysage fabuleux, époustoufl ant. Pour les fans de plongée, Patrick accueille le club de La Foa. Baptême en piscine ou en mer, découverte des fonds marins en bouteille, d es activités pour tous. Nouvelle exclusive : Fumi lance les traditionnels « ramens » pour sa carte d’hiver. Nul doute que ces soupes de pâtes au bouillon de porc et poulet feront des émules.

Caledonian Wake Park – Ouano – La Foa
Tél. : 45 97 59.
Fermé les lundis et mardis. Sur réservation en semaine. Ouvert en continu le week-end.

Texte et photos : Geneviève du Parc Locmaria

cwp04


Chercher un article

Les archives


La Newsletter Femmes.nc


En kiosque :

Femmes.nc est un site du Groupe Melchior. ©